En passant

Jeunesse


Chez He who shall write, je suis tombée sur cet article : Génération 2001.

J’ai laissé un commentaire, que je vous retranscris ici, légèrement remanié.

Je ne sais comment réagir à son article, tiens! Je suis mitigée.

Oui la vie est dure, on étudie, pour se retrouver avec un stage, oui, la vie est dure, oui…

Mais elle l’a toujours été. Peut-être plus du temps de nos grands-parents, avec la guerre, du temps de nos parents, avec tout ces changements économiques survenus si vite, les MST, Sida, drogues, technologies qui avancent trop vite…

Mais je n’envie pas DU TOUT les jeunes d’aujourd’hui, qui, plus le temps passe, ne sont ni éduqués, ni armés pour lutter pour l’avenir, pour leur avenir incertain. Obsédés par la mode, le fric, le paraitre qu’ils en oublient le vrai sens du mot « humanité », plongés qu’ils sont dans un monde qui leur vend l’individualisme comme mode de vie parfait.

Je continue de faire des soirées où je me sens libre, comme vendredi dernier, où je dansais au bord du lac Daumesnil, ou d’autres, avec des copains à refaire le monde, ou à se souvenir du temps passé ensemble « avant »… Je garde cette capacité à rester jeune et libre dans ma tête, par moment, car ils me permettent de tenir le coup face à l’adversité de la vie. Je me ménage ces moments comme des shoots de bonheur, pour affronter la tristesse de la vie de tout les jours.

Parce que je n’ai que 28 ans, mais dans ma tête, j’ai toujours 20 ans, avec 8 ans d’expérience.

Publicités

7 réflexions sur “Jeunesse

  1. La Vie peut-être simple et sans prise de tête, c’est l’homme qui la rend dure et merdique. Je connais des gens qui vivent simplement, qui ont choisit un autre style de vie, loin des tracas quotidien, loin des villes, plus proche de la nature et pourtant ils sont d’une génération qui veut qu’on passe 8 ans faire des études pour espérer avoir un boulot.
    Mais le travail ne fait pas l’homme et l’argent ne fais pas le bonheur.
    La Vie est ce qu’on en fait, simplement.

    • Oh, je suis bien d’accord. La vie est ce que l’homme en fait.

      Il parait simple, de prime abord, de penser que partir dans un coin de nature est simple. mais pas toujours. Il faut un peu de fonds, pour acheter/retaper une maison. Il faut aussi un travail approprié dans le coin, même sans gagner des mille et des cents, il faut quelque argent pour vivre. Et puis il faut, lorsque l’on est en couple, être sur la même longueur d’onde et avoir la même envie au même instant. 🙂 Oui, tu as compris, je parle de moi. Mais je sais être patiente. Ça viendra.

      Je ne dis pas que la vie ne peut pas être simple, je dis qu’elle est dure et imprévisible. Je viens d’apprendre que je suis malade, que j’aurais des douleurs à vie, et pourtant je viens de passer les quatre mois les plus doux, les plus chouettes, les plus remplis de bonheur de ma courte vie. 😀 Comme quoi…

      (Merci de ton commentaire! ❤

      • La maladie n’empêche pas d’être heureux ou bien dans sa vie (sinon j’ai plus qu’à me suicider hein XD). L’acceptation de la maladie dans son quotidien joue beaucoup.

        L’avantage de vivre loin de tout c’est qu’il est plus facilement possible de vivre quasiment en auto-suffisance et donc se contenter de boulots saisonniers pour la partie argent et/ou utiliser l’argent juste pour le plaisir (voyage par exemple) alors qu’en ville c’est facile une paye qui part en factures/loyers/impôts/nourriture/transport. *dis la fille qui reste en RP malgré tout*

        Après c’est une vie qui ne va pas à tout le monde et qui demande certains sacrifices.

Un avis?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s