En passant

Triste


Je n’aime pas réellement l’écriture du poème (pardon à son auteure), mais il exprime assez bien ce que je ressens à cet instant présent, à 3h49 du mat’.

Une totale incompréhension.
Une trop grande tristesse.
Un trop grand amour.

Je suis perdue.

« Ta peau est un ruisseau
Ta peau est un océan
J’irais me baigner
Mon terrible amour
Et mes doigts de délice chanterons ton alcôve
Ta peau est une ivresse
Toi qui sans pareil
Fait naître le miel
Homme des bois, du ciel, éternel
Garrigue assoiffé d’eau
Je marche nu pied, dans ton thym m’odorant de parfum
Ta peau est une terre à parcourir
Mon homme, je suis chercheuse d’amour et d’épice
Il est grand cet amour qui créer des vers dans ma bouche
Il est légende cet amour qui danse dans mon ventre d’ orient pour t’ apprivoisé
Ta peau est un rêve sans fin, j’ y dors chaque nuit pour te retrouver

-Yaël

Publicités

Un avis?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s